concept uro-mg sirepp

 

 

 

Physiologie de la compétence abdominale – Concept URO-MG®

Luc GUILLARME - Romain CHEMINAL - Céline HOTTON

INTRODUCTION

C’est l’histoire d’une petite fille qui demande à sa maman : « dis, Maman, pourquoi tu coupes toujours les bouts du rôti avant de le mettre dans la casserole ? » et la maman répond : « c’est parce que c’est Mami qui m’a appris à faire comme ça ».

La petite fille se tourne alors vers sa grand-mère et demande : « dis, Mami, pourquoi il faut toujours couper les bouts du rôti ? » et la grand-mère répond : « c’est ma maman qui me l’a appris ».

Enfin la petite fille interroge son arrière grand-mère : « dis, Grand Mami, pourquoi il faut couper les bouts du rôti ?» et la personne très âgée répond : « c’est parce que, il y a longtemps, à mon époque, les casseroles étaient toutes petites »…

Alors cessons de nous plier constamment à des idées reçues , à des dogmes imposés, à des consignes qui ne correspondent plus ou pas à notre époque, à nos travaux et aux recherches médicales actuelles. La santé de nos patients passe par la reconnaissance de nouvelles valeurs qui sont les garantes de notre ouverture thérapeutique.

PHYSIOLOGIE DE LA COMPETENCE ABDOMINALE

Le terme « physiologie » signifie logique fonctionnelle et il n’y a qu’une physiologie, c’est l’anatomie fonctionnelle définie par nos Anciens.

La sangle abdominale est une entité musculaire qui participe à la mise en action de toutes les grandes fonctions humaines : respiratoire, circulatoire, digestive, urinaire, génito-obstétricale, fécale. Les capacités corticales humaines permettent de surpasser les fonctions animales et l’Homme peut tousser volontairement, chanter, siffler mais également participer efficacement à des actions comme la miction et la défécation.

Ces possibilités restent cependant dépendantes de la « compétence abdominale », terme personnellement exprimé pour la première fois dans une intervention effectuée lors du congrès de la SIFFUD à MULHOUSE en 1995.

Pour un muscle, « compétence » signifie : capacité à pouvoir effectuer respectueusement l’activité sollicitée. Concernant la musculature abdominale, la fonction concentrique première est une mise en tension de toutes les fibres abdominales dans un objectif de gestion et de transmission des pressions, à direction céphalique lorsqu’il  s’agit de libérer le contenu pulmonaire, trachéal ou gastrique ou à direction pelvienne lorsqu’il s’agit de libérer le contenu des organes pelviens (vessie, utérus, rectum). D’autres activités moins courantes peuvent être mises en jeu lors de contractions abdominales dites statiques ou excentriques…

La seule manière d’évaluer un muscle est de solliciter la mise en tension de ses fibres en évitant toute participation parasite de muscles accessoires. Pour cela il suffit de positionner deux électrodes sur le trajet musculaire, de provoquer une contraction par neurostimulation et d’apprécier le résultat fonctionnel.

Pour exemple, si on stimule proprioceptivement le muscle biceps en positionnant deux électrodes sur le trajet du muscle et en déclenchant le courant stimulant, on provoque à un certain niveau d’intensité, la flexion de l’avant bras sur le bras.

Si on effectue le même exercice sur l’abdomen, on assiste à un abaissement du gril costal et son rapprochement vers le pelvis. Si l’intensité est forte, la pression générée par la contraction de la musculature sur l’enceinte abdomino-pelvienne peut créer un son, voire un cri : c’est la création du souffle vital…

La compétence abdominale est dont totalement liée à la compétence expiratoire, cette relation fonctionnelle dynamique entre les abdominaux et le souffle assurant la régulation des flux, dénommée : transmission de pressions.

ETUDE DE MODELISATION

La modélisation de l’enceinte abdominale, de la sangle abdominale et du souffle a confirmé que les compartiments thoracique, abdominal et pelvien répondent à la théorie de la transmission des pressions dans des enceintes déformables, flexibles et compressibles.

Les pressions générées par la sangle abdominale, musculature déformable, sont transmises aux organes abdomino-pelviens qui se déforment puis à l’enceinte thoracique qui se déforme également.

Lors de l’expiration active, le diaphragme relâché est refoulé vers le haut par les organes, eux-mêmes poussés vers le haut par la sangle abdominale. Lors de la poussée à visée libération des organes pelviens, l’expiration active est effectuée après une inspiration active.

C’est la position de départ du diaphragme au début de l’expir qui conditionne l’orientation de la pression*

 

PRINCIPE DE BASE DE TOUTE REEDUCATION ABDOMINO-PERINEALE

Toute démarche clinique ou thérapeutique doit logiquement commencer par l’évaluation de la musculature abdomino-expiratoire, ce qui induit des tests musculaires et respiratoires effectués avant toute démarche clinique et thérapeutique :

Le test stabilométrique permet d’évaluer la situation posturale du patient avant traitement ;

Le test manométrique abdominal est le test instrumental assurant l’évaluation du défaut de transmission ;

Le test manuel abdominal permet une interprétation plus sensitive de la réponse abdominale à un effort de toux ;

Le test spirométrique expiratoire évalue la valeur débitmétrique  du volume de réserve expiratoire et confirme l’importance de l’incompétence abdominale.

Bien évidemment les tests sont reproduits en cours puis en fin de traitement afin de corréler les résultats fonctionnels probants aux résultats cliniques.

Dans la mesure où SOUFFLE ET ABDOMEN sont liés, il est incontestable de réunir leur compétence si on veut garantir la protection de la sphère pelvi-périnéale.

Quatre  objectifs doivent guider le thérapeute :

  1. Rechercher l'embout d'exsufflation qui correspond à la morpho-typologie respiratoire du patient.

2. Associer une stimulation dite proprioceptive abdominale facilitatrice de la récupération de la bonne transmission des pressions ;
3. Stimuler proprioceptivement la musculature sphinctéro-lévatorienne toujours avec l’association du souffle ;
4. Intégrer les bons réflexes abdomino-périnéaux expiratoires dans les gestes quotidiens.

CONCLUSION

Tous les termes employés au gré des décennies restent sous la dépendance de la compétence abdominale : asynergie, dyssynergie, asynchronisme, dysfonctionnement…

La rééducation périnéale doit s’appuyer sur la recherche de l’association du souffle et de la musculature abdominale.

Son avenir est dépendant du choix de la « co-activation » des muscles qui respectent la physiologie et assurent, lors de leur fonction synergique, la bonne transmission des pressions.

Alors, Amis thérapeutes, si activation est synonyme de mouvement, cessez de « verrouiller » : corps et  esprit…

Bibliographie :

Blanc B.-Siproudhis L. ; Pelvi-périnéologie, du symptôme à la prise en charge thérapeutique, Ed. Springer, 2005

Guillarme L., Delorme E., Trackoen G., Mege J.L., Pasquale J.- Study on the role of abdominal re-education (ABDO-MG® concept) in the treatment of bladder instability (with or without incontinence) and of mixed urinary incontinence in women, Congrès de Barcelone, 2003.

Guillarme L. – Rééducation thoraco-abdomino-pelvienne par le concept ABDO-MG®- La renaissance abdominale par le souffle, Ed. Frison Roche, Paris, 2004.

Kapandjii I.A. – Physiologie articulaire, Tome III, tronc et rachis, Ed. Maloine, Paris, 1986

Lardry J.M.-Raupp J.C. ; Initiation à la morphologie humaine, Ed. Masson, 2009

Quercia P., Robichon F., Alves Da Silva O. - Dyslexie de développement et proprioception, Ed.Graine de Lecteur, Beaune, 2004



Sur France 5...

Césarienne avec Winnerflow sur France 5 (Les Maternelles)

Le docteur Bénédicte Simon présente son protocole innovant de césarienne "extrapéritonéale" avec le Winnerflow lors de l'émission "Les Maternelles" du 11/5/2016 sur France 5.

Bruxelles 2012

congres de Bruxelles Luc Guillarme

Congrès de LYON 2012